RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



MENU:  


Gilles Pellerin

Comédien
Lignée du jour
par Lignee_du_Jour
 

Né le 18 avril 1926.  Fils de Emile Pellerin et de Eva Bélanger.  Il est décédé le 15 août 1977 à Montréal.

Avec sa vivacité, sa timidité frondeuse et sa façon quasi géniale de faire des gags sur les sujets les plus épineux sans jamais franchir les frontières de la vulgarité, il a été l’une des plus grandes vedettes du Québec.

D’abord straight-man de Jacques Normand, il doit sa 1ère popularité au statut de martyr que celui-ci lui fait coller à la peau en le criblant de flèches humoristiques sur sa taille, sa maladresse, ses manières lourdaudes.

Le tandem Normand-Pellerin est certainement pour, Gilles Pellerin, le meilleur tremplin pour la gloire. D’autant plus qu’il débuta à la radio également aux côté de jacques Normand dans Le Fantôme aux claviers, sur les ondes de CKVL. Ce qui lui vaut le trophée Radiomonde, décerné à l’annonceur le plus populaire.

Il était aussi monté sur la scène du Palais du Commerce en compagnie de Jean Duceppe et Paul Berval. A la fin des années 1940, il invente, par contre, aux Trois-Castors les fameuses aventures de Roland, souvent aux prises avec sa mère, l’ineffable « mère-a-Roland » qui passera à l’histoire! Ce filon le conduira aux plus hauts sommets.

A la télévision de Radio-Canada, il débute à l’émission Le Café des artistes. Puis de 1955 à 1957, il joue de nouveau avec jacques Normand dans cette fameuse Porte ouverte, qui n’aurait jamais dû se fermer tant l’émission faisait éclater les record de cote d’écoute. C’est l’époque la florissante pour Gilles Pellerin.

Sa carrière politique avec le Parti Libéral dure le temps d’une campagne fédérale dans le comte de Nicolet et Yamaska, où il est né. Il passe à un poil de la victoire. Le raz de marée conservateur de 1958 le porte à la défaite… mais à quelques votes à peine du poste de député.

De 1963 à 1966, il sera censeur au Bureau de censure du Québec. Ce qui ne l’empêchera pas, quelques années plus tard, de jouer intégralement ses personnages, sans censure aucune, dans La Pomme, la queue et les pépins de Claude Fournier et dans Tout feu, tout femme.

A Radio-Canada, il devient aussi Jules-le-cuisinier dans le téléroman Montjoye, écrite par Réginald Boisvert, l’embaumeur de La petite patrie, de Claude Jasmin et le « Pierrot Picotte de Quinze ans plus tard de Robert Choquette.

En 1976, il anime pendant l’été, l’émission Sur les roulettes. On le retrouve régulièrement sur le panel du Travail à la chaîne. Il fait les beaux jours de A la seconde.

 




 

  Archives





*** Planète Généalogie ***