RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Tiridate le Grand, Roi des Arméniens - Ancêtres que nous invoquons (7).
Ajouté le 05/15/2010 13:08:53 par CGagnon

Saint Tiridate le Grand, Roi des Arméniens

Vers 265-324.

 

 

 

En Arménie, la domination romaine se heurta au christianisme, dont les bases avaient été jetées par les apôtres Barthélémy et Thaddée.  Voici comment il s’y établit. 

 

Tiridate IV le Grand était le fils du roi Chrosoès II, allié des Romains, de naissance arsacide arménienne, assassiné  en 287 par l’un de ses parents, le prince Anak, envoyé de Perse en Arménie précisément dans ce but.

 

Après l'assassinat de son père,  Tiridate trouve refuge dans l'empire romain, probablement sous la protection impériale en tant qu'héritier du trône d'Arménie.

 

Allié de Rome, Tiridate profite plus tard d’une campagne victorieuse de l’empereur Aurélien contre les Perses pour rentrer en Arménie et se faire couronner roi en 294.  L’année suivants, Nerseh, roi des rois, décide de placer sous sa domination, non seulement la Mésopotamie et l'Arménie, mais aussi toute l'Asie Mineure.  Rome, alors sous le règne de Dioclétien, s’oppose à Nerseh qui, défait, finit par accepter des conditions humiliantes et signer un traité de paix durable, le célèbre traité de Mèdzpin en 298, dernier coup porté contre les tentatives impérialistes sassanides.  L'Arménie devint alors un royaume autogéré sous tutelle romaine.  Et Tiridate III retrouve sa couronne.

 

Sous le règne de Dioclétien, Tiridate persécuta d’abord les chrétiens.

 

Un jour, le prince Grigor, fidèle du roi, ayant refusé de sacrifier aux idoles, est torturé et finalement jeté dans le Khor-Virab (la Basse-Fosse) d'Ardachad, infestée de serpents et réservée aux condamnés à mort, la rage du roi redoublant quand il apprend que Grigor est  le fils d’Anak, le meurtrier de son père.  Grigor serait resté treize ans dans cette fosse, nourri secrètement par une charitable veuve.  Treize ans… Car les années passèrent jusqu`à l’épisode incontesté du martyre à Vagharchapat des vierges hripsimiennes du nom  de l’une d’elles, Hripsimé, dont le roi s’était épris et qu’il avait en vain tenté de violer.  Sous la conduite de Gayanée,  ces jeunes filles avaient trouvé asile en Arménie après avoir fui les persécutions anti-chrétiennes de Dioclétien.

 

À la suite de l’assassinat de Hripsimé et de ses compagnes, Tiridate, accablé de remords, est atteint de lycanthropie.  Pris de folie, il abandonne ses palais pour errer dans les montagnes et les forêts, ayant perdu, dit-on, toute apparence humaine. Sa sœur Khosrovitoukhd, convertie au christianisme, reçoit alors en songe le message d’un ange :   le roi guérirait avec la libération de Grigor.  Il y consent, guérit en vertu de la sainte intercession de Grigor et se rend aussitôt à Achtichat, centre du paganisme arménien, pour combattre les prêtres et détruire idoles et temples.

 

Comprenant que le Dieu de Grégoire était le Dieu véritable et que le christianisme était pour son peuple la barrière idéologique qui le protégeait de l'influence étrangère, il se convertit en 301, sous l’inspiration de Grigor ou Grégoire l'Illuminateur nommé Catholicos ou chef de l’Église arménienne.  Tiridate oeuvra à l’évangélisation de tout le pays, les Arméniens furent baptisés et le christianisme proclamé religion d’État.  L’Arménie devient ainsi le premier peuple au monde à l’accepter comme religion officielle.

 

Pour marquer sa décision, il avait convoqué dans la capitale, Vagharchapat, les seize gouverneurs des provinces arméniennes.  Il semble qu’étaient aussi présents à cette assemblée le roi de Géorgie, le roi d'Aghouanie et le roi des Lazes.  Il leur exposa les faits.  Grégoire fut invité à parler du christianisme et tous, avec joie,  acceptèrent de réaliser ses vœux.

 

Plus tard, des seigneurs arméniens qui ne lui pardonnaient pas d'avoir abandonné les dieux païens, l'assassinèrent.  Après sa mort, l’Arménie connut un siècle de guerres et d’anarchie.

 

L’épouse de Tiridate III, la reine Asxen (Ashkhen, Achkhène, Aschken), Princesse d’Alanie (268 – ca330) et la sœur du roi, la princesse royale Khosrovitoukhd, se trouvent  aussi parmi les confesseurs du calendrier liturgique arménie.

 

Tiridate et Ashken  furent les parents de Khosrov III Arsakid, Reine d'Arménie, épouse d’Hesychius I Gregorid, Prince d'Arménie.

 

Fête locale – 8 juin.

 

Poursuivre avec… 

 

 

Marig Ohanian, Tiridate III roi d'Arménie. Premier État chrétien du monde.  Paris, L’Harmattan, 2001, 224p.

S. S. Jean-Paul II, Lettre apostolique du Saint Père à l’occasion du 1700ème anniversaire du peuple arménien, Du Vatican, 2 février 2001.

Article de Mgr Goryoun Babian, paru dans MOMIG n° 1, Paris, 1998 (première parution dans la revue HASG, Antélias, 1994) :

http://www.eglise-armenienne.com/Articles/Histoire/Religion_officielle.htm 

http://www.insecula.com/oeuvre/photo_ME0000003644.html 

http://www.decitre.fr/livres/fiche.aspx?sid=0x000000018dda3e19&code-produit=9782747502238 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tiridate_III_d%27Arm%C3%A9nie

http://carmina-carmina.com/carmina/Mytholosaints/illuminateur.htm 

 

 

 

 

 

Saint Tiridate d’Arménie

 

 

               

 

Page couverture du livre de Marig Ohanian,

 Tiridate III roi d'Arménie

 

 

  

 

Sainte Asxen d’Alanie,

Reine d’Arménie

  

Mots-clés: Tiridate Arménie Asxen Ashkhen



signets:






*** Planète Généalogie ***